Que mon culte soit dans le cœur qui se réjouit

de Vivianne Crowley*

Chaque culture a des jours spéciaux comme l’Action de Grace chez les américains, quand on remercie et on se réjouit des cadeaux que l’univers nous a donnés. Des actions de grâce dédiées se révèlent très utiles pour nous rappeler la valeur de ce qu’on a; mais en tant que païens on a la chance d’avoir beaucoup de rituels de célébration. La plupart des rites comprend des offrandes de vin, des gâteaux ou autre nourriture; des moments, pendant le rituel, où l’on peut remercier les Dieux pour les cadeaux du monde naturel qui nous soutient.

Rendre hommage aux ancêtres – Olivia Dundin-Robertson

Olivia Dundin-Robertson (13 avril 1917-14novembre 2013)

Olivia Dundin-Robertson
(13 avril 1917-14novembre 2013)

Pendant nos fêtes on glorifie et on remercie pour une partie du cycle des saisons en particulier. On se trouve à mi-chemin entre Samhain, la fête des morts, et Yule, la fête de la renaissance. À Samhain , on remercie les ancêtres – les ancêtres de sang, membres de notre famille; les ancêtres qui appartiennent au territoire, les païens qui ont vécu sur cette terre que l’on habite; et les ancêtres de l’esprit – les pionniers spirituels qui nous ont inspirés à travers leur travail, leurs écrits et leurs vies. Ce mois-ci un nouveau esprit a rejoint les ancêtres – Olivia Dundin-Robertson (13 avril 1917 – 14 novembre 2013), cofondatrice de la Fellowship of Isis. Une petite femme, pleine d’énergie même à 96 ans. Son travail pour la Déesse n’a jamais cessé. Elle était d’inspiration dans sa dévotion pour la renaissance du culte de la Déesse et elle inspirait aussi pour son attitude à la vie, qui était d’une célébration et d’une joie incessantes.

La Joie

Les personnes s’approchent au Paganisme pour différentes raisons. Certains trouvent ce qu’ils cherchent et y restent; d’autres changent et cherchent ailleurs. On s’y rapproche en cherchant des choses différentes – croissance spirituelle, reconnexion avec la nature, développer nos pouvoirs spirituels et magiques, combler les manques d’autres traditions. Une raison pour laquelle on décide de rester, c’est le fait d’avoir trouvé quelque chose que l’on n’attendait pas – un sens de joie et de merveille. La profonde connexion du paganisme avec le monde naturel, et les liens profonds que l’on forme avec les autres sur notre chemin, sont une source de joie. De cette même joie, on développe un sens de reconnaissance. Quand on est joyeux, on voit le monde dans une autre façon. Le verre est maintenant à moitié plein, et non plus à moitié vide. On apprécie et on donne valeur au monde autour de nous et à ceux qui le partagent.

Enfants de la Terre et du Ciel Étoilé

Orphée entouré par les animaux - mosaïque d'epoque tardo-romaine

Orphée entouré par les animaux – mosaïque d’epoque tardo-romaine

Chaque courant païen souligne l’importance d’apprécier la vie sur la terre et la vie dans le corps. Ce point de vue est radicalement différent par rapport à celui des courants spirituels qui conçoivent le corps comme l’exile du Divin; une période de souffrance qui nous prépare à une vie meilleure ailleurs. Pour les païens, le Divin est présent dans la création, on peut donc le trouver partout autour de nous – si seulement on avait les yeux pour voir. Quand on se lève chaque matin on peut remercier d’être réveillé; d’être en vie; d’être une créature consciente dans ce monde extraordinairement beau que l’on partage avec les Dieux; d’être, en utilisant les mots des Mystères d’Orphée, « Enfants de la Terre et du Ciel Étoilé et il n’y a aucune partie de nous qui n’appartienne aux Dieux » .

La compassion

La compassion est étroitement liée à la joie et c’est une qualité de la sephira Chesed dans l’Arbre de la Vie de la Kabbale. Chesed est associé à la planète Jupiter dans la Tradition Magique Occidentale, qui est aussi la planète du Sagittaire, le signe astrologique dans lequel on est en train d’entrer. Quand on entre dans le Sagittaire, on commence à passer de la mort à la période de réjouissance avant Yule pendant laquelle on attend la renaissance du Soleil. C’est une période qui sert à donner de la compassion et de la joie. On permet le mouvement des énergies intérieures, avec lesquelles on tend la main à l’univers et on permet à un certain type d’émotion de circuler en nous – une aimable chaleur qui ne juge pas; une aimable chaleur qui entoure ce monde. Cette sensation est ce que les Bouddhistes appellent mettā, aimable-gentillesse.

J’étais Blanche Neige, mais je suis allée à la dérive” Mae West

La méditation bouddhiste comprend souvent une étape de focalisation sur le mettā et d’envoi d’aimable-gentillesse à soi-même et puis aux autres. Pourquoi commencer par nous-mêmes? Être réalistes envers nous-mêmes et accepter nos faiblesses et nos défauts est un pas très important dans une croissance spirituelle. Si l’on arrive à accepter nos imperfections, on peut accepter plus facilement les défauts des autres. Aimer soi-même ne signifie pas penser être parfait, mais plutôt accepter le fait d’être imparfait et que l’on est en train de s’efforcer de faire de notre mieux dans ce monde, comme ceux qui nous entourent.

Méditation de compassion

RadiantHeart-300x300

Une méditation de compassion est un bon moyen de commencer et/ou terminer une méditation quotidienne que l’on fait pendant la période qui précède Yule. Quand on permet à soi-même de devenir une chaîne de compassion on est en train de faire un acte de volonté magique. Travailler avec ces énergies est un acte puissant et transformateur parce qu’elles changent notre état intérieur et par conséquent elles changent la façon d’interagir avec les autres. On permet à nous-mêmes de devenir des liens avec quelque chose qui est plus grand que nous. On devient la débordante coupe du Graal.

Visualisez une image de vous-mêmes debout devant vous, irradiez l’amour et la compassion vers votre image humaine et fragile.

Visualisez l’image de quelqu’un que vous aimez à votre droite, irradiez l’amour et la compassion vers lui.

Visualisez derrière vous quelqu’un avec qui vous av

ez un rapport neutre, probablement un collègue de travail ou un voisin, irradiez l’amour et la compassion vers lui.

Visualisez à votre gauche quelqu’un avec qui vous avez des difficultés, irradiez l’amour et la compassion vers lui.

Visualisez toutes les quatre images autour de vous et irradiez l’amour et la compassion vers ces quatre directions.

Maintenant laissez votre amour et votre compassion s’agrandir et s’envoler plus loin; pour combler l’espace autour de vous – votre chambre, votre maison, puis encore autour de chez vous et encore aux environs et finalement au-delà, dans l’horizon lointain.

Soyez conscients de ceux qui sont aussi en train d’irradier de la compassion dans le monde. Vous n’êtes pas seuls mais vous faites partie d’une communauté spirituelle qui travaille pour améliorer ce monde maintenant et pour toujours.

Traduction de Voxifera 

La Tasséomancie, lire l’avenir dans les feuilles de thé

de Voxifera

reading-tea-leaves

Depuis quelques années, je me dédie à la tasséomancie c’est-à-dire l’art de lire l’avenir dans les feuilles de thé et, le soir dernier en faisant une lecture, j’ai eu l’idée d’écrire quelques chose à ce propos. On ne parle pas beaucoup de cette pratique, souvent mise en ombre par d’autres mantiques plus connues et diffusées comme les tarots, la géomancie, l’astrologie et la chiromancie.

Il s’agit d’une pratique assez simple, il faut simplement interpréter les symboles et les dessins formés par les feuilles de thé restées au fond de la tasse après l’infusion. Evidemment cette pratique commença à se diffuser après l’importation officielle du thé en Europe, c’est-à-dire le XVII siècle et elle fut très pratiqué en Grande Bretagne surtout au XVIII siècle et pendant toute la période victorienne, où elle devint une sorte d’activité récréative et ludique des boudoirs aristocratiques, en fait à l’époque les feuilles de thé avaient un prix d’importation très cher. Ensuite avec la production intensive, le prix a diminué et le thé est entré dans la vie quotidienne de toutes les classes sociales.

Les racines de cette pratique enfoncent dans d’autres mantiques bien plus anciennes: l’oinomancie pratiquée par les anciens romans, et connue chez les grecs comme κοταβος, qui était l’interprétations des restes et des résidus laissés par le vin au fond des vases; et la ciromancie, c’est-à-dire l’interprétations des formes créées par la cire fondue dans l’eau.

DE PETITES FINESSES

La lecture est très simple, mais il faut observer quelques petites règles pour obtenir des bons résultats: avant tout, la qualité du thé, il ne faut pas qu’il soit en petit sachet parce que la dimension des feuilles est souvent trop petite pour une lecture correcte. On conseille le thé noir classique en vrac, chinois ou indien si cela est possible, moi personnellement j’utilise un French Breakfast des Frères Mariages, mais j’ai souvent utilisé des mélanges indiennes. Ce qui est important est que la couleur des feuilles et celle de la tasse contrastent bien.

Un autre élément très important est la tasse, blanche si cela est possible et sans aucun dessin à l’intérieur, même si beaucoup de maisons de production anglaises et américaines produisent des tasses pour la tasséomancie, avec les signes zodiacaux, des symboles et des jeux de cartes. Mon conseil est de choisir une tasse blanche surtout au début, parce que les dessins peuvent confondre les idées. La tasse doit avoir une soucoupe et doit être de taille moyenne, ni trop petite parce que cela empêche la lecture, ni trop grande parce qu’on n’arrive pas à focaliser les images et toutes les feuilles restent au fond de la tasse.

LE RITUEL DE LECTURE

Pour faire une lecture il vous faut de l’eau, du thé, une théière, une tasse et une soucoupe:

1- Rien de différent par rapport à la normale préparation du thé. Faites bouillir de l’eau et puis versez-la dans un théière ou dans une tasse dans laquelle on a déjà mis une ou deux cuillères de thé (selon l’intensité que l’on veut obtenir). Moi je conseille de mettre la quantité de thé directement dans votre tasse, parce que dans la théière il y a toujours des feuilles qui y restent dedans.

2- Laissez en infusion et laissez décanter les feuilles sur le fond.

3- Buvez le thé, sans sucre, à petits coups en focalisant votre question, en essayant de ne pas avaler les feuilles (vous ne voulez pas boire votre avenir!)

4- Buvez jusqu’à ce qu’il reste une demi cuillère de liquide (un peu moins), ensuite prenez la tasse avec votre main gauche et faites-la tourner trois fois dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

5- Retournez la tasse et laissez que le reste du liquide tombe sur la soucoupe, donnez quelques coups sur la tasse et attendez le temps de trois respirations en vous focalisant à nouveau sur la question.

6- Retournez la tasse à nouveau, et maintenant vous pouvez commencer à lire.

UNE PETITE GUIDE À LA LECTURE

Tea-Leaf-Reader-Painting

Maintenant vous avez les dessins et les symboles dans votre tasse et vous pouvez commencer le travail d’imagination, cela rappelle un peu le jeu des enfants qui observent les nuages pour y trouver des forme des animaux et des objets. A la base de chaque système divinatoire il faut une bonne dose d’intuition et de sensibilité, et la tasséomancie ne fait pas d’exception.

En étant une lecture pour avoir des réponses sur l’avenir, d’habitude on divise conventionnellement la tasse en trois zones: le fond, le futur lointain; la première zone près du fond, le futur proche; et la zone près du bord, un futur imminent.

La manche de la tasse représente le consultant, pour ceux qui utilisent les tarots c’est l’équivalent de la carte « représentante », les dessins qui s’approchent le plus à la manche ce sont les évènements qui auront plus d’importance dans la vie du consultant.

D’habitude on lit les signes dans le sens des aiguilles d’une montre en partant de la manche. Sur internet on peut trouver des recueils des symboles avec leur interprétations, je vous mets juste un lien (http://www.unicorne.com/grimoire/tasseomancie.php) mais mon conseil, en général, est de faire une libre interprétation parce que chaque symbole peut avoir un sens différent d’une personne à l’autre, et c’est une méthode qui s’applique très bien pour chaque pratique divinatoire.

La lecture des feuilles de thé est une pratique très efficace, et qui peut être utilisée soit comme un système divinatoire, soit comme un passetemps entre amis (en reprenant l’utilisation d’époque victorienne, mais c’est seulement pour les vrais nostalgiques!). Mon conseil final est d’entrainer votre observation et votre imagination en faisant beaucoup de tentatives et de lectures, même sans une question, pour habituer votre vue à voir les formes.

une lecture que j'ai fait il y a quelque jour: une rose sur le fond, et une tête de cheval

Une lecture que j’ai fait il y a quelque jour: une rose sur le fond, et une tête de cheval sur le bord

En tout cas, ne vous inquiétez pas s’il vous arrive de trouver le Sinistros!

A la mémoire d’ Olivia Dundin-Robertson

Olivia Dundin-Robertson

Olivia Dundin-Robertson

Message de Caroline Wise, posté le 15 novembre 2013

 « Annonce officiel de la part de la Fellowship of Isis* par Cressida Pryor, la nièce d’ Olivia, Caroline Wise et Linda Iles du Site Officiel de la FOI.

Une triste nouvelle pour la Fellowship et pour la large communauté de la Déesse dans le monde, Olivia est morte la nuit dernière. Elle était en paix et entourée par sa famille. Sa famille demande que leur privacy soit respectée à ce moment.

 Une grande et originelle personnalité nous a quitté,

 Beaucoup de benedictions. »

————————–

Tribut à Olivia Robertson

13 avril 1917- 14 novembre 2013

de Linda Iles, Fellowship of Isis

Olivia Robertson, cofondatrice de la Fellowship of Isis est passée dans la sphère de l’esprit le soir du 14 novembre 2013. A cause des problèmes de santé, elle a été hospitalisée pendant quelques mois. Elle a pourtant continué à envoyer des messages, écrire rituels et créer des oeuvres d’art pour la Fellowship of Isis. Ses créations furent déjà publiées dans Isian News, la publication officielle de la FOI créée par deux des cofondateurs de la FOI en l’été 1976, Olivia et son frère Lawrence Durdin-Robertson.

 Le meilleur tribut à Olivia vient de ses propre paroles. Elle écrit: « Tout le monde a peur de la mort. Nous craignons la perte de nous-mêmes, de notre conscience et de tout ce que l’on connait. C’est seulement le corps qui meurt. Si vous voyez la mort comme un imprévisible mais inévitable désastre, tôt ou tard, vous allez naturellement craindre la fin de tout ce que vous aimez, l’arrêt de votre conscience individuelle. Mais en réalité vous pouvez faire expérience de votre immortalité maintenant!…

 Réjouissez vous de ces délices qui appartiennent aux sphères éternelles, comme l’amour pour les autres, pour les animaux et les plantes; la philosophie et la religion; la pratique des arts et des métiers. Ainsi vous fortifierez votre corps spirituel avec le nectar et l’ambroisie des Dieux. …

 La mort est pour les ignorantes! L’immortalité est pour ceux qui connaissent la vérité! Développez votre dons spirituels et psychiques, comme ça vous ne reconnaissez pas seulement cette « mort » comme un imposteur, mais vous allez aussi aider les autres à ne pas la craindre…

La réunion avec ceux qui vous aimez est certaine. Dans votre originalité réside votre immortalité, puisque rien de ce qui est original peut mourir. C’est une partie essentielle du schéma cosmique. Manifestez votre Origine Divine qui est née de la Mère de Tous, Nuit, dont les enfants sont immortels comme Elle-même. Nourrissez donc tous les bons dons dans chaque personne et dans chaque être, et vous allez renforcer l’harmonie entre la Sphère Divine du Ciel et son reflet transitoire qui est le monde. Il n’y a pas de mort. L’Amour est éternel. »

 La vie d’ Olivia Robertson a été exemplaire. Olivia a toujours encouragé l’expression de l’originalité chez les autres. En se décrivant comme une « enchanteresse » elle a toujours refusé de suivre le conventionnel. Sa spiritualité était guidée par son unique vision intérieure. Elle vivait son rôle de prêtresse comme une artiste, son chemin était forgé par la confiance en la guide et en l’inspiration qu’elle recevait directement du Divin.

Comment est-ce qu’on peut continuer sans elle? Je peux seulement dire maintenant que l’on continuera. Isian News continuera. Olivia le voulait.

 

Elle nous manquera terriblement. Très chère Olivia, nous t’avons rencontré en joie, ton départ a apporté de la douleur, mais au même temps la certitude d’une joie future, puisque nous nous rencontrerons encore.

Que tu puisse marcher en beauté, que tu puisse marcher en paix, qu’Isis te bénisse, Olivia, maintenant et pour toujours. »

( Ici le texte originel en anglais: https://sites.google.com/site/fellowshipofisiscentral/tribute-to-olivia-robertson )

image001

 

*La Fellowship of Isis est dédiée au culte et à l’adoration de la Déesse en toutes Ses formes. Elle a été fondée au Clonegal Castle en Irlande pendant l’Equinoxe du Printemps en 1976. Les fondateurs sont Olivia Robertson, son frère Lawrence Dundin-Robertson et sa femme Pamela. La FOI est organisée sur une base démocratique où tous les membres ont les mêmes privilèges, qu’il soit un seul membre ou bien part d’un centre de la FOI. L’adhésion est gratuite. La Fellowship of Isis est multi-religieuse, multi-raciale et multi-culturelle. Elle est dédiée au culte de toutes les Déesses et panthéons du monde. Les Dieux sont aussi vénérés.

(Site: http://www.fellowshipofisis.com)

————————–

Je vais ajouter aussi mon personnel tribut à Olivia Robertson.

Je ne l’ai jamais connue personnellement, mais j’ai suivi les activités de la Fellowship of Isis et son travail merveilleux pour le renouvellement et la diffusion du culte de la Déesse, et j’ai toujours admiré Olivia pour sa force inextinguible, sa détermination et son amour dans son rôle de prêtresse, un rôle qu’elle a su assumer jusqu’à la « fin ». Oui « fin », entre guillemet, parce qu’il ne s’agit pas d’un « adieu » mais plutôt d’un « au revoir » à une prochaine vie.

Une petite femme au grand coeur toujours inspiré et toujours en connexion avec le Divin, cette grande force qu’elle appelait Isis. On pouvait sentir et apercevoir cette connexion très puissante à travers ses écrits et ses mots savants, le Divin et la magie  qu’elle exprimait à travers ses oeuvres d’art.

Merci à Olivia pour cette oeuvre merveilleuse qui est la Fellowship of Isis, et puisse Isis te bénir et bercer entre ses grandes et paisibles ailes infinies. Marry part and merry meet again!

BB

Voxifera