Que mon culte soit dans le cœur qui se réjouit

de Vivianne Crowley*

Chaque culture a des jours spéciaux comme l’Action de Grace chez les américains, quand on remercie et on se réjouit des cadeaux que l’univers nous a donnés. Des actions de grâce dédiées se révèlent très utiles pour nous rappeler la valeur de ce qu’on a; mais en tant que païens on a la chance d’avoir beaucoup de rituels de célébration. La plupart des rites comprend des offrandes de vin, des gâteaux ou autre nourriture; des moments, pendant le rituel, où l’on peut remercier les Dieux pour les cadeaux du monde naturel qui nous soutient.

Rendre hommage aux ancêtres – Olivia Dundin-Robertson

Olivia Dundin-Robertson (13 avril 1917-14novembre 2013)

Olivia Dundin-Robertson
(13 avril 1917-14novembre 2013)

Pendant nos fêtes on glorifie et on remercie pour une partie du cycle des saisons en particulier. On se trouve à mi-chemin entre Samhain, la fête des morts, et Yule, la fête de la renaissance. À Samhain , on remercie les ancêtres – les ancêtres de sang, membres de notre famille; les ancêtres qui appartiennent au territoire, les païens qui ont vécu sur cette terre que l’on habite; et les ancêtres de l’esprit – les pionniers spirituels qui nous ont inspirés à travers leur travail, leurs écrits et leurs vies. Ce mois-ci un nouveau esprit a rejoint les ancêtres – Olivia Dundin-Robertson (13 avril 1917 – 14 novembre 2013), cofondatrice de la Fellowship of Isis. Une petite femme, pleine d’énergie même à 96 ans. Son travail pour la Déesse n’a jamais cessé. Elle était d’inspiration dans sa dévotion pour la renaissance du culte de la Déesse et elle inspirait aussi pour son attitude à la vie, qui était d’une célébration et d’une joie incessantes.

La Joie

Les personnes s’approchent au Paganisme pour différentes raisons. Certains trouvent ce qu’ils cherchent et y restent; d’autres changent et cherchent ailleurs. On s’y rapproche en cherchant des choses différentes – croissance spirituelle, reconnexion avec la nature, développer nos pouvoirs spirituels et magiques, combler les manques d’autres traditions. Une raison pour laquelle on décide de rester, c’est le fait d’avoir trouvé quelque chose que l’on n’attendait pas – un sens de joie et de merveille. La profonde connexion du paganisme avec le monde naturel, et les liens profonds que l’on forme avec les autres sur notre chemin, sont une source de joie. De cette même joie, on développe un sens de reconnaissance. Quand on est joyeux, on voit le monde dans une autre façon. Le verre est maintenant à moitié plein, et non plus à moitié vide. On apprécie et on donne valeur au monde autour de nous et à ceux qui le partagent.

Enfants de la Terre et du Ciel Étoilé

Orphée entouré par les animaux - mosaïque d'epoque tardo-romaine

Orphée entouré par les animaux – mosaïque d’epoque tardo-romaine

Chaque courant païen souligne l’importance d’apprécier la vie sur la terre et la vie dans le corps. Ce point de vue est radicalement différent par rapport à celui des courants spirituels qui conçoivent le corps comme l’exile du Divin; une période de souffrance qui nous prépare à une vie meilleure ailleurs. Pour les païens, le Divin est présent dans la création, on peut donc le trouver partout autour de nous – si seulement on avait les yeux pour voir. Quand on se lève chaque matin on peut remercier d’être réveillé; d’être en vie; d’être une créature consciente dans ce monde extraordinairement beau que l’on partage avec les Dieux; d’être, en utilisant les mots des Mystères d’Orphée, « Enfants de la Terre et du Ciel Étoilé et il n’y a aucune partie de nous qui n’appartienne aux Dieux » .

La compassion

La compassion est étroitement liée à la joie et c’est une qualité de la sephira Chesed dans l’Arbre de la Vie de la Kabbale. Chesed est associé à la planète Jupiter dans la Tradition Magique Occidentale, qui est aussi la planète du Sagittaire, le signe astrologique dans lequel on est en train d’entrer. Quand on entre dans le Sagittaire, on commence à passer de la mort à la période de réjouissance avant Yule pendant laquelle on attend la renaissance du Soleil. C’est une période qui sert à donner de la compassion et de la joie. On permet le mouvement des énergies intérieures, avec lesquelles on tend la main à l’univers et on permet à un certain type d’émotion de circuler en nous – une aimable chaleur qui ne juge pas; une aimable chaleur qui entoure ce monde. Cette sensation est ce que les Bouddhistes appellent mettā, aimable-gentillesse.

J’étais Blanche Neige, mais je suis allée à la dérive” Mae West

La méditation bouddhiste comprend souvent une étape de focalisation sur le mettā et d’envoi d’aimable-gentillesse à soi-même et puis aux autres. Pourquoi commencer par nous-mêmes? Être réalistes envers nous-mêmes et accepter nos faiblesses et nos défauts est un pas très important dans une croissance spirituelle. Si l’on arrive à accepter nos imperfections, on peut accepter plus facilement les défauts des autres. Aimer soi-même ne signifie pas penser être parfait, mais plutôt accepter le fait d’être imparfait et que l’on est en train de s’efforcer de faire de notre mieux dans ce monde, comme ceux qui nous entourent.

Méditation de compassion

RadiantHeart-300x300

Une méditation de compassion est un bon moyen de commencer et/ou terminer une méditation quotidienne que l’on fait pendant la période qui précède Yule. Quand on permet à soi-même de devenir une chaîne de compassion on est en train de faire un acte de volonté magique. Travailler avec ces énergies est un acte puissant et transformateur parce qu’elles changent notre état intérieur et par conséquent elles changent la façon d’interagir avec les autres. On permet à nous-mêmes de devenir des liens avec quelque chose qui est plus grand que nous. On devient la débordante coupe du Graal.

Visualisez une image de vous-mêmes debout devant vous, irradiez l’amour et la compassion vers votre image humaine et fragile.

Visualisez l’image de quelqu’un que vous aimez à votre droite, irradiez l’amour et la compassion vers lui.

Visualisez derrière vous quelqu’un avec qui vous av

ez un rapport neutre, probablement un collègue de travail ou un voisin, irradiez l’amour et la compassion vers lui.

Visualisez à votre gauche quelqu’un avec qui vous avez des difficultés, irradiez l’amour et la compassion vers lui.

Visualisez toutes les quatre images autour de vous et irradiez l’amour et la compassion vers ces quatre directions.

Maintenant laissez votre amour et votre compassion s’agrandir et s’envoler plus loin; pour combler l’espace autour de vous – votre chambre, votre maison, puis encore autour de chez vous et encore aux environs et finalement au-delà, dans l’horizon lointain.

Soyez conscients de ceux qui sont aussi en train d’irradier de la compassion dans le monde. Vous n’êtes pas seuls mais vous faites partie d’une communauté spirituelle qui travaille pour améliorer ce monde maintenant et pour toujours.

Traduction de Voxifera 

Une réflexion sur “Que mon culte soit dans le cœur qui se réjouit

  1. Pingback: Let My Worship Be Within the Heart that Rejoices

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s