Honorer les Ancêtres – Eleanor ‘Ray’ Bone

de Vivianne Crowley
Traduction Valentina Ferracioli

image

Samedi 12 septembre un groupe de païens s’est rencontré au village de Garrigal au nord de l’Angleterre, pas loin du Mur d’Hadrien et de la frontière avec l’Ecosse. Par rapport à la petite ile qui est la Grand Bretagne, ce lieu est isolé. Il se trouve au centre des monts Pennines du nord, une terre de collines, champs de bruyère et tourbières, c’est un Espace de remarquable beauté naturelle, l’un de plus grands en toute la Grande Bretagne.
Au coeur du village, dans un espace vert, il y a le seul pub. Il a un nom très anglais et traditionnel, George and Dragon, mais ce n’est pas la promesse d’une bonne bière autour d’un feu qui nous a emmené au village de Garrigal dans cette journée pluvieuse à la fin de l’été. On était là pour honorer une « ancêtre » du Paganisme contemporain, Eleanor Bone et pour célébrer le positionnement d’une pierre commémorative sur sa tombe.

La matriarche de la Wicca gardnerienne en Europe

Très peu de personnes ont entendu parler de Eleanor. Elle n’était pas une écrivaine célèbre; bien qu’elle ait écrit; mais elle est un personnage très important dans l’histoire de la Wicca. Eleanor ‘Ray’ Bone (15 decembre 1911 – 21 septembre 2001) a été l’une des dernières initiées de Gerald Gardner et une coven leader pendant plusieurs années. Comme la « Long Island Line » aux Etats-Unis, en Europe les descendants initiatiques de Eleanor Bone constituent la majorité de la tradition gardnerienne. L’un des actes les plus célèbres fut le sauvetage de la tombe de Gerald Gardner. En 1968, elle voyagea en Tunisie au nord de l’Afrique pour visiter sa tombe et elle fut horrifiée d’apprendre que le cimetière allait être transformé en parc publique et les tombes enlevées. Elle amassa des fonds entre les initiés de Gerald et arriva à faire déplacer la tombe dans un cimetière près de l’ancienne ville de Carthage, où on peut la visiter encore aujourd’hui.

Etant donné la notoriété de certains auteurs comme Doreen Valiente et Pat Crowther, il est surprenant pour un non-européen d’apprendre que la majorité des initiés gardneriens en Europe descendes des Grandes Prêtresses non-célèbres. Il y en beaucoup qui ont guidé des covens pendant des générations et dont les initiés ont créé des nouveaux coven à leur tour, dont les noms ne sont connus qu’à l’intérieur des coven de famille.
Récemment, avec internet, les noms et la vie d’Eleanor Bone et des ses initiés et de mes initiateurs, Madge Worthington et Arthur Eaglen, sont rentré dans le domaine publique. L’une des raisons de ce grand intérêt est que l’information est plus accessible. Autrefois les gens devait avoir une correspondance privée pour connaître les noms des continuateurs après la mort de Gerald Gardner. Maintenant il est possible de retrouver certaines informations sur la Wicca gardnerienne à travers une recherche Google.
Une autre raison pour laquelle on connait mieux les personnages est sans doutes l’intérêt que le païens ont en leur histoire. Beaucoup d’entre nous sont entrés dans le paganisme quand notre histoire n’était qu’un mythe romantique. Maintenant on a une véritable histoire. Pour ceux qui sont dans une tradition initiatique, il y a un arbre généalogique spirituel qui a la même importance que celui de sang. Les gens veulent connaître leurs ‘ancêtres’ – leurs vies, leurs ambitions, leurs espoirs et leurs peurs pour la tradition païenne qu’ils étaient en train de créer.
Quand nos prédécesseurs ont écrits des livres, on a pu connaître leurs pensées et leurs rêves; mais seulement en partie, la partie publique. Dans la plupart des cas, on n’a pas accès aux cahiers intimes et aux photographies qui pourraient nous montrer une image de leur personnalité privée. Ce genre de souvenirs sont devenus très importants en descendant dans les générations. Les gens veulent connaître ceux qui sont vénus avant; ce n’est pas parce qu’on les considère comme une nouvelle race de « Saints païens » – on ne veut pas qu’ils soient parfaits et ‘saints’. Mais leur engagement est une source d’inspiration pour la tache difficile de construire un nouveau Paganisme qui rencontre les besoins du monde contemporain.

Créer un Paganisme enraciné

image

Selon certains, créer un Paganisme authentique et enraciné signifie de reconstruire fidèlement les pratiques de ceux qui ont vécu il y a 2000 ans ou plus. Pour moi cela ne prouve pas l’authenticité; puisque l’essence du Paganisme vient de ce qu’on trouve autour de nous dans l’univers. Il doit croitre et évoluer, au moment où l’on croit et on évolue. Cela est vrai pour les pratiques entre générations ainsi que pour notre même vie, au moment où nos besoins évoluent et changent selon l’age. Plutôt on cherche à connaître comme nos ancêtres pensaient, pratiquaient et sentaient pour trouver l’inspiration pour créer un Paganisme qui soit enraciné dans le présent, comme ils ont fait.
Eleanor Bone, Madge Worthington et leurs contemporains étaient dans la génération qui, à l’aube des Guerres Mondiales et des changements de la société autour d’eux, était déjà post-chrétienne. Leur Paganisme était une contre-culture – égalité des sexes, nudité, idées libérales par rapport à l’expression sexuelle – tout cela était part de leur Paganisme, pour se libérer des chaines de la pensée dominante.
Pour Madge et pour beaucoup d’autres qui ont embrassé le Paganisme au 20ème siècle, la relation des êtres humains avec l’environnement fut un facteur très important. Les gens cherchaient le Divin dans le monde naturel quand la civilisation urbaine assumait une nouvelle importance. Pendant que béton avançait, les êtres humains dans l’Occident urbain désiraient la nature, les champs, les ruisseaux et les forets. Comme Doreen Valiente a écrit dans  A Chant for Beltane (1971) notre espoir était:

Let the streams and fields be pure,
Earth and sky be clean once more ….

Ces motivations des nos prédécesseurs qui les ont aidés à trouver le Paganisme sont encore importantes; mais les gens n’ont plus besoin du Paganisme pour trouver une libre expression sexuelle, l’écologie, ou le pouvoir féminin. Ils font partie de la vie contemporaine. Donc, qu’est-ce qui nous emporte?

À la recherche des mystères

Une autre chose que nos prédécesseurs cherchaient était le mystère. La Wicca est beaucoup moins mystérieuse qu’autrefois. Beaucoup a été exposé à travers les médias et le monde académique. Mais l’imaginaire évocatif de la Wicca, avec ses rituels nocturnes, ses très beau instruments, l’unité de ses petits groupes, et son accent sur ce qui « est éternel et continu », et ce n’est pas du matérialisme mais de vérités et valeurs très profondes, tout cela est encore très fascinant. Donc la Wicca reste le lieu pour ceux qui cherchent à voir au de là des soucis de la vie matérielle. Elle nous aide à trouver la merveille et l’enchantement de la vaste galaxie autour de nous et à nous engager dans l’effort humain de vivre dans un corps animal et avoir des visions de l’éternité. Nos traditions spirituelles peuvent aider l’humanité à trouver un compromis avec une conscience qui s’étend au delà du soi physique.

Un sens d’emerveillement

Nos prédécesseurs étaient des hommes et des femmes qui cherchaient les mystères, pas nécessairement ce qui est secret, mais ces qui peuvent être trouvés seulement par ceux qui ont les yeux pour voir. La Wicca consiste à voir le monde de manière différente; voir à travers la surface de la matière, s’émerveiller devant le mystère de la création de la matière et de sa source au delà des étoiles. Gerald Gardner écrit dans Witchcraft Today :

La Sorcellerie n’était, et n’est pas, un culte pour tout le monde. A moins que vous êtes attirés par l’occulte, ou que vous avez un sens d’émerveillement, sentir que vous pouvez échapper pendant quelques minutes au monde réel pour aller dans le monde des fées, cela ne vous sera utile en aucune manière. (Gardner 1954, p.29)

Femmes comme Eleanor Bone et Madge Worthington, hommes comme Gerald Gardner, on les honore parce qu’ils ont ouvert des chemins. Doreen Valiente et Gerald Gardner ont été commémorés chez leurs dernières maisons par une plaque bleue qui en Angleterre sont utilisées pour honorer les grands qui ont contribué de manière positive à la société. Ils sont honorés avec les politiciens, les héros militaires, les artistes, les musiciens, les écrivains et les poètes; reconnus pour avoir été des poètes de l’esprit – ceux qui ont aidé le développement et l’évolution de l’esprit humain.

Son nom est gravé

Eleanor Bone et Madge Worthington sont moins connues mais elles sont honorées à l’intérieur de leur communauté spirituelle. C’était avec joie que j’ai participé avec les autres membres du Eleanor Bone Memorial Committee, avec ses descendants initiatiques, avec d’autres païens, sa nièce et les membres de la communauté locale à la célébration du  positionnement de la pierre tombale d’Eleanor. On a honoré même ceux qui n’ont pas pu être avec nous – ses descendants spirituels et sa vaste « tribu » dans le monde – qui ont contribué à l’achat, à la sculpture et à l’érection de la pierre. Comme elle a honoré son initiateur Gerald Gardner en préservant sa tombe en Tunisie, ainsi elle méritait d’être honorée de la même manière. Dans la pierre on les rappelle et son nom a été orgueilleusement gravé.

2015 Sept 12 Eleanor Bone Memorial inauguration

Pierre tombale de Eleanor Bone

La pierre sur la tombe d’Eleanor a été érigée après une collecte de fond par le Eleanor Bone Memorial Fund Committee, présidé par Sophia Boann. Pour plus d’informations: http://eleanorbone.org/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s