Participer au « présent »

de Vivianne Crowley
Traduction de Valentina Voxifera

Salvador Dalì, La persistence de la mémoire (Les Montres molles), 1931, Museum of Modern Art, New York

Salvador Dalì, La persistence de la mémoire (Les Montres molles), 1931, Museum of Modern Art, New York

Trois fois deosil, au matin du monde,
Je tourne en cercle entre mes pensées empiétantes.
Enfin un lieu de paix –
Je rejoins le centre silencieux.

Vivianne Crowley (1993)

On est dans une période de transition du cycle solaire, on passe du Taureau aux Jumeaux, suspendu entre l’expérience sensorielle du Taureau à travers les sens physiques et l’esprit et l’intellect des Jumeaux. Venus, associée à l’amour physique et au plaisir des sens, laisse la place à Mercure, le dieu de la communication, de la pensée rapide, des nouvelles idées et des innovations. Etre suspendu entre deux influences différentes peut être difficile – c’est bien plus facile de se faire influencer par l’une ou par l’autre, mais les païens ne seraient pas des païens s’ils n’aimaient pas les choses compliqués.

Expérimenter le monde autour de nous

Nos sens sont comme des instrument finement calibrés qui sont continument stimulés par le monde extérieur. Pour les faire fonctionner on doit les régler pour ne pas être écrasé et on doit créer un espace dans la psyché pour se concentrer sur les taches quotidiennes. Mais la vie contemporaine nous apprend à privilégier ce qui attire notre attention et très souvent ces priorités sont mauvaises. On se concentre sur les futilités – ce qui n’est pas important ou relevant – et cela peut déformer notre vision du monde autour de nous. Cela peut sembler purement physiologique ou lié à la santé psychologique. Avoir une vision déformée, regarder le monde comme si on portait des verres opaques et déformants, peut nous affecter sur plusieurs niveau. Et ce sont aussi très importants les effets sur la santé spirituelle.

Trouver la « détermination »

Pendent que l’on entre dans la période des Jumeaux, le signe le plus pensif, je pense que le fait de ne pas s’engager correctement avec son propre apparat sensoriel peut affecter notre Paganisme. Pour apprécier l’univers interconnecté dans lequel on vit, on doit prendre un moment pour arrêter d’être « en l’air » avec nos pensées et nos émotions divisées, tourbillonnantes et toujours en compétition. On passe la plupart du temps en essayant d’accomplir plusieurs taches à la fois. On pense pendant que l’on conduit, que l’on cuisine, qu’on met les enfants au lit. On essaye constamment de faire quelques chose, tout en pensant aux autres choses qui cherchent à attirer notre attention. Un moment pendant lequel on est probablement tout à fait présents est pendant le rituel, où l’on s’engage en des actes physiques de dévotions vers les divinités ou des actes magiques, la science et l’art de transformer un état d’existence en un autre. Toutes nos attentions sont focalisées sur cet acte de vénération ou transformation et on devient « déterminé » pour un instant, les pensées compétitives, les émotions et les sensations qui tourbillonnent normalement nos psychés sont unifiés en une seule action.

Conscience du « maintenant »

« Conscience signifie faire attention de manière spéciale; exprès, dans le moment présent, et sans aucun jugement. » (Kabat-Zinn 1994, 4).
Il y a beaucoup de discussion par rapport aux techniques mindfullness dérivées du Bouddhisme et ses bénéfices. La neuroscience nous montre que le mindfullness change la physiologie de notre cerveau et donc nos expérience future du monde. Dédier chaque jour 20 minutes à la conscience mentale change notre perception du monde et nous permet de voir à nouveau, avec les yeux d’un enfant qui découvre l’existence pour la première fois. Ce « Yoga » mentale améliore notre bien-être et nous permet de mieux apprécier le monde dans lequel on vit. Mais il n’est pas nécessaire de s’approcher au Bouddhisme pour le retrouver.
L’empereur romain Marc Aurèl (joué par Richard Harris dans « Le Gladiateur » de Ridley Scott) était un philosophe païen, un général, et un empereur. Il dictait ses oeuvres philosophiques dans la nuit dans sa tente pendant les campagnes militaires. Il n’était pas un mystique mais il était simplement engagé avec son monde. Il parlait d’engagement avec le monde à travers une concentration attentive, et pour ceux qui aiment la loi du triple retour, celle-ci était sa loi de vie:

Jugement objectif, maintenant, en ce moment précis.

Action désintéressée, maintenant, en ce moment précis.

Acceptation volontaire – maintenant, en ce moment – de tous les événements extérieurs.

C’est tout ce dont tu as besoin.

Marcus Aurelius (121-180 CE), Meditations, 9.6 (Stephens 2012, 115)

« Acceptation » ne signifie pas acceptation passive

« Acceptation » ne signifie pas abandonner notre volonté de changer le monde autour de nous. Le motif principal pour lequel beaucoup d’entre nous s’approchent au Paganisme c’est la volonté de changer le monde ou au moins nous-mêmes. Nos traditions spirituelles soulignent l’importance du changement – les changements du cycle des saisons et les phase changeantes de la lune. Pour mieux comprendre ce que l’on veut changer en tout cas on doit voir clairement, sans les déformations des nos espoirs, peurs, pensées et anxiétés. Tout comme si l’on nettoyait ces verres pour mieux expérimenter le monde qui nous entoure. C’est comme les sommeliers qui goutent un vin excellent. Ils regardent ses couleurs, ils sentent son parfum avant de le gouter, ils laissent que le liquide se répande dans la bouche pour expérimenter toutes ses « notes ». On peut apprendre à observer et à apprécier ce qui nous entoure si on se prend du temps chaque jour, même une fois par jour, pour être totalement présents.

Conscience sensorielle quotidienne

Ceci est un simple exercice que l’on peut faire tranquillement chez nous ou au bureau pour nous centrer, concentrer et connecter avec le monde autour de nous. Cela peut nous aider si on a la tendance à être contraint pendant que l’on travaille, si on est forcé dans une mauvaise position pour notre dos, ou si l’on se perd dans nos fantaisies ou pensées négatives. Cela implique la vision, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût. Ne vous inquiétez pas si l’un des vos sens ne marche pas. Utilisez seulement ce que vous avez.

L’exercice des « Cinq Choses »
1- Faites 5 long respires lents et profonds. Poussez votre abdomen vers l’extérieur quand vous faites rentrer l’air dans vos poumons et poussez-le vers l’intérieur quand vous expulsez l’air encore, avec un rythme régulier.
2- Focalisez-vous sur la respirations et faites encore 5 respires: observez la sensation donnée par l’air frais dans vos narines et dans vos poumons et l’air chaud qui sort de votre corps.
3- Faites encore 5 respires lents et profonds.
4- Vision: Maintenant observez ce qui vous entoure, en commençant par ce que vous pouvez voir: observez 5 choses que vous pouvez voir.
5- Faites encore 5 respires lents et profonds, en observant le flux d’air qui entre et qui sort de votre corps.
6- Ouïe: Ecoutez attentivement les sons autour de vous et en vous: prenez en considération 5 choses que vous pouvez écouter.
7- Toucher: prenez en considération 5 choses que vous pouvez sentir – vos pieds sur la terre, vos cuisses sur la chaise, les anneaux à vos doigts par exemple.
8- Encore une fois faites 5 respires profonds et lents, en observant le flux d’air qui entre et qui sort de votre corps.
9- Odorat et goût: prenez en considération 5 choses que vous pouvez sentir ou gouter. Observez comment les différentes parties de votre bouche et langue réagissent aux différents gouts.
10- Faites encore 5 respirations et, avec votre esprit concentré, continué avec vos activités quotidiennes.
Une fois que vous avez fait cet exercice plusieurs fois, essayez de l’adapter pour la préparation d’un rituel ou d’une méditation.

Références

Kabat-Zinn, Jon. Wherever you go, there you are: Mindfulness meditation in everyday life. New York: Hyperion, 1994.
Stephens, William O. Marcus Aurelius: A guide for the perplexed. London: Continuum, 2012.

Vivre dans le présent

de Vivianne Crowley
Traduction de V.F. Voxifera
autumn-tree-branches-k-ko
Gerald Gardner était un retraité quand il a commencé à offrir au monde sa vision d’une vieille religion pour la modernité. Né en 1884, il avait à peu près 55 ans quand il a été initié dans le coven de New Forest et 70 ans quand il a publié son célèbre texte, Witchcraft Today.

La Roue qui tourne

Donc si vous n’avez pas encore écrit votre Grand Oeuvre, ne vous découragez pas. Pour certains, la retraite est la période la plus productive. Ils se sentent complètement libres d’être ce qu’il sont et ils ne se sentent pas contraints par les normes sociales. Mais on doit aussi reconnaître que le temps passe très vite, et le rythme semble accélérer en vieillissant. Quand on a 5 ans, et un an représente le 20 pour cent de notre vie, cela semble une éternité. Quand on arrive à 50 ans et un an représente le 2 pour cent de notre vie, le temps passe très vite. Soudain la Roue de l’Année tourne de plus en plus vite, les étés passent rapidement. « Certes » on pense, « l’Eté ne peux pas être déjà passé? » Mais il est passé.

« Ce sont l’age et le destin face auxquels on est impuissants »

Gerald Gardner était bien conscient de son âge. C’était l’un des facteurs qui l’ont poussé à rendre publique sa vision de la sorcellerie le plus vite possible. Il savait que son temps et ses énergies étaient limités. Quand Gerald Gardner écrivit par rapport à l’âge et au destin dans son Livre des Ombres, il était bien conscient de la réalité de la vieillesse et de la mort.

Vie après vie

Les trois traditions spirituelles qui ont influencé beaucoup ma vie sont la Wicca, la Kabbale et le Bouddhisme. La première est une religion de la nature orienté vers la Déesse, la deuxième est une tradition mystique juive, et la troisième est une philosophie spirituelle athée. Ces trois traditions ont la réincarnation comme partie intégrante de l’enseignement. Est-ce que je crois en la réincarnation? Je n’ai pas besoin de croire ou pas croire. La réincarnation est l’une des possibilités de l’après-mort. Si l’on visite un médium qui nous parle de nos vies antérieures, on peut ressentir si ce qu’il ou elle dit sonne comme « vrai » en quelques manière. Cela va résonner avec nous et semble avoir du sens. Mais quelle est la nature de cette information – mémoires du passé, nos fantaisies conscientes ou inconscientes, ou des expériences aléatoires de l’inconscient collectif? Est-ce que les « mémoires » sont des vraies pensées, fantaisies et symboles qui représentent des parties différentes de notre psyché? Est-ce qu’elles représentent nos manques? Est-ce qu’elles sont des qualités que l’on voudrait manifester, des aspects de nous qui ont besoin d’être renforcés et exprimés?

Le Paganisme nous apprend à vivre dans le présent

Le paganisme nous apprend à vivre dans le présent. Cela ne signifie pas un hédonisme insensé; mais plutôt de voir la vie comme un cadeau précieux et limité. On a nos corps en prêt. Il arrive un moment où on doit le rendre. Même si la réincarnation existe les incarnations sont très courtes, donc il est important de les vivre bien. La source des mémoires de la réincarnation ont moins d’importance que la manière par laquelle on les utilise et si elles nous donnent des aperçus de nos vies présentes. Les mémoires lointaines peuvent être nuisibles ou bien utiles; une substitution de la réalité ou bien une manière de visualiser l’avenir. Les incarnations du passé peuvent être fascinantes, mais si on se prend trop la tête, c’est comme si l’on était insatisfaits de notre vie présente. Et si l’on est insatisfait du présent, on doit le changer. Les mémoires des incarnations sont utiles si elles nous indiquent notre potentiel caché, ou nos barrières inconscientes qui empêchent au potentiel de se réaliser. Elles sont utiles si elles nous encouragent à nous ouvrir pour devenir tout ce que l’on peut être dans cette incarnation présente.

Judy Harrow, Morning Glory Zell, Margot Adler

(à gauche) Morning Glory Zell, Margot Adler, Judy Harrow

(à gauche) Morning Glory Zell, Margot Adler, Judy Harrow

La vision de Gerald Gardner de la mort et de ce qu’il y a après est encourageante. Après la mort il y a Summerland (Terre d’Eté N.d.T.) – un lieu de repos, renouvellement et réunion avec ceux que l’on a aimé, avant de se réincarner encore avec ceux que l’on aime. Mais il y a aussi la conscience que la magie ne revient pas en arrière. On ne peut pas arrêter le vieillissement inévitable de nos cellules qui nous mène à la fin de cette phase d’existence.
La mort des autres peut nous rappeler que la vie est bien moins longue qu’on ne pense. Cette année notre communauté a perdu en rapide succession trois importantes pionnières du paganisme dont la vie et les écrits nous ont inspiré – Judy Harrow, Morning Glory Zell-Ravenheart, et Margot Adler. Aucune d’eux a atteint les 70 ans, ou ce que maintenant est considéré comme vieillesse. La mort de ces personnalités dynamiques est une perte terrible pour notre communauté. Elles rappellent également que la vie passe vite et elle ne nous attend pas. Les jours et les ans passent. S’il y a quelques chose que l’on veut faire dans la vie, on doit agir et la faire.

Le moment de manifester la Vraie Volonté

Pendant la période qui précède le changement de saison à l’Equinoxe, il est bon de faire le point et comprendre où l’on en est. Est-ce que l’on est dans une bonne position dans notre vie? Est-ce que l’on a une direction pour avancer? Est-ce que l’on est en train d’essayer de connaître et manifester notre Vraie Volonté sincèrement? Si on n’a pas des buts personnels, il est difficile de donner la priorité à notre temps et à nos énergies pour atteindre quelques chose. Chacun de nous a des priorités différentes, mais la chose qui est vraiment importante est de se rappeler que cette incarnation est limitée. Malgré la difficulté, il y a de choses que l’on peut apprendre et de choses que l’on peut obtenir et qui nous aident à développer, grandir et rendre meilleure notre vie ou nos vies futures. Il y une citation merveilleuse de W.H. Murray, chef de l’expédition pour l’escalade de l’Himalaya. Malheureusement, cette citation a été galvaudée il y a quelques années (et non, ce n’est pas de Goethe); mais en tout cas c’est vrai:

Jusqu’à ce que tu es engagé, il y a toujours de l’hésitation,
la chance recule, toujours inefficace. …
Tout ce que tu peux faire, ou rêves de faire, commence-le:
l’hardiesse a du génie, du pouvoir et de la magie; commence maintenant.

W.H. Murray (1951) The Scottish Himalayan Expedition. London: J.M. Dent & Sons Ltd.
La vie est courte – et devient toujours plus courte – rendons chaque instant important.